Charente,  France,  Poitou-Charentes,  Rester,  Sorties avec enfants,  Sorties en famille

Saint Simeux et balade en bord de Charente en Pays du Cognac

Bienvenue dans l’Ouest du département de la Charente, je vous emmène en balade au fil de l’eau, au Pays du Cognac, où je compte bien vous faire découvrir les villages gabariers et les anciennes pêcheries de la région! Qu’est ce qu’une gabare?! Et bien ce sont des bateaux de transport de marchandises, à fond plat, qui permettait de transporter un maximum de marchandises alors que la Charente n’est pas une rivière très profonde.

P1040671

Le début de cette balade nous emmène près de l’écluse de Juac, sur la commune de Saint Simon, qui a d’ailleurs donné son nom à un des types de gabare. En ce début d’automne on peut encore admirer les gabares, aujourd’hui touristiques. Si vous êtes en forme, à pieds ou à vélo, vous pouvez aussi longer la Charente à partir de Juac au fil de l’eau et des villages gabariers. Notre terminus est le village de Saint Simeux, qui offre une belle vue sur la vallée de la Charente.

De Juac à Saint Simon

De Juac on peut observer le départ des gabares, les couleurs d’automnes flamboyantes et le soleil nous ont motivé à suivre le trajet de la gabare le long de la Charente, jusqu’au village de Saint Simon. Atmosphère champêtre et automnale garantie!

 

 

Saint Simeux

Nous nous sommes garés à l’entrée du village, au bord de l’eau et des anciennes pêcheries, où on en apprend un peu plus sur l’histoire du village et sur les sept moulins à eau produisant blé et huile qui jadis animaient la vie de ses habitants. Il n’en reste aujourd’hui que des ruines, exceptée l’un d’entre eux transformé en minoterie (grand établissement ou l’on transforme les farines), aujourd’hui servant d’habitation. L’activité de ces moulins commencèrent dès le 12ème siècle et les meuniers, issus principalement de la noblesse, se transmettaient le métier de père en fils, ce qui créa de vrais dynasties de meuniers. J’imagine bien des intrigues à la Dallas sur fond de farine de blé et d’huile de noix… mais là je m’égare un peu!

P1040685

Les pêcheries (ou essacs) quant à elles sont plus modernes, bien qu’ils en existaient déjà aussi au 13ème siècle. En premier lieu, qu’est ce qu’une pêcherie? C’est tout simplement un lieu aménagé pour y pratiquer la pêche! Depuis le 13ème siècle les pêcheries de Saint Simeux servaient à attraper des anguilles lorsqu’elles remontaient la Charente jusqu’à l’océan, mais leur nombre ayant fortement diminué, les pêcheries ne sont plus utilisées (on pouvait y attraper jusqu’à 100kg d’anguilles par pêcheries).

P1040699
Les Pêcheries de Saint Simeux

Suivez-moi, je vous emmène découvrir le reste du village. Le chemin de Pierres et de Vignes (je vous met le lien vers le site de Visorando, vous y trouverez tous les détails nécessaires si vous décidez de suivre ce chemin, et c’est gratuitement téléchargeable en PDF) longe la Charente et nous a mené jusqu’à un ancien lavoir. Celui-ci se trouve tout en bas du village, donc à une époque pas si lointaine que ça, les femmes y allaient avec leur brouette pour faire la lessive et devaient remonter jusqu’à leur maison dans le village pour étendre le linge. Rien que de vous en parler ça m’épuise! Le chemin partant sur un en direction des vignes, nous coupons par un petit chemin de traverse pour rejoindre le coeur du village.

 

 

Et là il faut grimper! Je vous ai déjà dit que j’étais fan de vue panoramiques?! Donc a un moment ou à un autre je me retrouve toujours à grimper. Pas de panique, la grimpette est courte, tout à fait accessible pour de petites jambes! Petit Pois était tranquillement installé dans mon dos, 12kg à porter pour monter ça se sent quand même un peu.

 

Direction l’église du village, qui se nomme Saint Siméon, en l’honneur d’un chrétien ayant passé 40 ans en Syrie sur une colonne à prié, il ne mangeait qu’une fois par semaine. Comme partout en Charente c’est une église romane, mais son charme n’est pas exceptionnel, elle a été presque entièrement détruite et la reconstruction ne fut pas faite dans son style d’origine.

 

De là vous êtes presque en haut du village, moi je cherchais les remparts, et j’ai fini par les trouver. Ce ne sont pas les remparts qui sont intéressants en soi à Saint Simeux, mais la vue qu’ils permettent d’avoir sur la vallée de Charente (oui oui toujours mon obsession des jolies vues!)

P1040743
La vue des remparts

Dans le village, vous pourrez aussi admirer les portiques d’entrée des maisons qui sont vraiment typiques du cognaçais. Je n’ai malheureusement pas de photos à vous montrer, mon petit ange dans mon dos à décider de frapper à une porte lorsque j’essayais de prendre une photo, certe un peu trop près d’une autre porte d’entrée, et j’ai du expliquer à la dame que ce n’était pas moi mais mon bébé. Elle n’est pas semblé très convaincu!

Il nous reste une dernière étape avant la descente, le puit. Il fait 33m de profondeur et autrefois il était le seul point d’eau du village.

P1040753

Notre balade se termine, nous descendons à travers les ruelles jusqu’à la Charente pour terminer notre boucle. Je tiens à remercier ma maman et son chien Louna de nous avoir accompagné lors de cette sortie improvisée. Beaucoup d’autres villages gabariers valent le détour, j’espère bien vous emmener à nouveau en Pays du Cognac!

 

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *