Europe,  Islande,  Partir,  Séjour à l'étranger,  Voyage en famille,  Voyager avec bébé

Chroniques Islandaises Partie 2 : Les Fjords de l’Est

Après avoir fuit le Sud et ses hordes de touristes pressés (oui parfois à l’arrivée d’un bus, on se serait cru dans un épisode de The Walking Dead, la horde de zombies débarquent et grimpent partout!), nous avons continué notre route en direction de l’Est et de ses Fjords. Là, un changement de décor complet s’opère … et de temps aussi. Une épaisse brume enveloppe toute la côte, on a pas beaucoup vu le soleil dans les quelques jours qui ont suivi. Mais c’était beaucoup plus calme, et quand on voyage avec son bébé, on apprécie d’autant plus la tranquillité.

Les fjords de l’Est c’est aussi des routes sinueuses, des Elfes cachées et des légendes de Ver géant, des montagnes aux reflets rouges, des oiseaux marins et des arcs-en-ciel. Suivez-nous dans ses paysages mystérieux!

Djupivogur

Notre premier hébergement se trouvait à quelques kilomètres de ce village de pêcheur. C’est petit et mignon, la balade dans le village est agréable et il a quelques cafés pour profiter de la vie sur le port. Outre les départs pour l’île de Papey, Djupivogur est le plus vieux port des Fjords de l’Est et possèdent quelques vieux bâtiments. Nous avons vraiment aimé l’ambiance du port et son côté authentique.

Un petit café dans un des vieux bâtiments du port, le Langabùd à retenu notre attention, c’est là que vous réserverez votre bateau pour Papey et vous pourrez aussi visiter son petit musée. Je pense que ce bâtiment est le plus vieux de la ville, il est tout en bois, et on y a dégusté de succulents gâteaux faits maison dans une ambiance chaleureuse. Petit Pois s’y est promené, il a voulu bien sûr mettre son nez en cuisine, sous le regard amusé des saisonniers, et discuter avec nos voisins de table.

Le Langabùd, café/restaurant et musée

L’île de Papey

S’il est un lieu mystérieux en Islande, c’est bien cette île. Elle dégage vraiment quelque chose d’étrange et d’indéfinissable, peut être pour les histoires que l’on raconte sur ses anciens habitants…

Pour se rendre sur l’île de Papey il nous a fallu prendre un bateau sur une mer houleuse, c’était la première fois que notre bébé prenait le bateau, j’étais inquiète pour lui, on ne se refait pas, malgré tout ces voyages je reste une maman anxieuse. Pendant que nous notre estomac essayait de survivre, lui s’est paisiblement endormi! Sur le chemin pour l’île, le bateau s’arrête devant un petit îlot couvert de phoques, ils sont là, allongés comme s’il voulait bronzer, alors que du soleil il n’y en a pas! Ils lèvent nonchalamment la tête, nous regardent, et la repose pour continuer leur sieste, très peu perturbé par notre présence. Mes photos des phoques ne sont pas géniales, mon estomac ne voulait pas collaborer et la batterie de l’appareil photo non plus, je n’ai pas encore des réflexes de d’experte, il faut toujours vérifier sa batterie avant une expédition! L’étape suivante nous mène devant un rocher couvert de macareux moines, puis nous prenons la direction de Papey.

Une fois a terre notre guide nous mène dans les différents endroits de l’île et nous raconte la vie de ses habitants. ce sentiment d’étrangeté ne m’a pas quitté pendant toute notre découverte de l’île, notre guide, un marin islandais très sympathique, y est aussi pour quelque chose, voici ce qu’il nous raconte :

Cet île aurait été un des premiers lieux habités en Islande, par des moines Irlandais bien avant la conquête viking. Lors de la colonisation justement, ils auraient été chassé par les vikings, et les quelques vestiges de fouilles de l’île seraient les restes de leur église. L’île serait peuplées d’Elfes, mais je n’ai pas réussi à en savoir plus de notre guide. Actuellement elle n’est plus habitée, seuls des moutons et des oiseaux y vivent. Mais au début du 19ème siècle un homme décida d’y vivre et d’y créer sa ferme, c’est d’ailleurs toujours celle-ci qui est présente sur l’île. Pour quelle raison s’isoler ainsi? En parti pour le bois, non il n’y a pas d’arbres sur l’île mais l’océan apporte des tronc d’arbres venant de Sibérie. Il y installa des moutons et les oiseaux présents lui fournirent des oeufs, ils se nourrissaient, lui et sa famille, également de la chair des macareux et des phoques. Il eut deux femmes qui lui donnèrent 14 enfants, et quelques ouvriers vinrent l’aider à la ferme également. Les enfants ne quittèrent jamais l’île avant l’âge adulte. Et ce fermier était riche… mais les raisons de sa richesse tiennent à la magie noire et à ce que les islandais appellent un necropants (Nábrók en islandais).

Pour obtenir un necropant il vous faudra obtenir l’autorisation d’une personne, qui une fois morte sera déterrée. Vous lui écorcherez alors tout le bas du corps en une seule pièce, de la taille aux pieds. Il vous faudra également voler une pièce à une veuve désoeuvrée, et la placer dans le scrotum (les bourses oui oui) du pantalon avec les formules magiques adéquates, vous devrez porter ce pantalon sur vous tout le temps comme une seconde peau… et vous serez ainsi riche! L’or du fermier serait maudit et  enterré sous la plus petite église en bois d’Islande, qui se trouve bien sûr sur l’île. Personne ne se risque à chercher l’or pour cette raison.

Le silence est omniprésent, le vent souffle, seuls quelques cris d’oiseaux marins troublent ce silence, on se sent vraiment isolé et loin de tout ici, comme si le temps s’y écoulait différemment.

La visite de l’île dure 4h, traversée aller-retour comprise. Sur place, hormis la petite église en fin de visite, il n’y a pas de lieux pour s’abriter, je vous conseille de bien prévoir votre expédition avec des vêtements adéquats.

Le Lac Lagarfljót

Cet immense lac nous a énormément fait pensé au Loch Ness en Écosse où nous sommes allés il y a quelques années, et la rumeur d’un ver géant y habitant n’a fait que renforcer ce sentiment. Sa dernière apparition date de 2012, je ne résiste pas à vous mettre le lien vers la vidéo de son apparition : https://www.youtube.com/watch?v=J_SUi1q00f8

P1030593
Un glacier en toile de fond
P1030594
Point de vue sur le lac, non loin d’Egilsstadir

Nous, nous sommes venus dans le coin non pas pour le ver, mais pour les balades en forêt. Près du lac se trouve la plus grande forêt d’Islande, Hallormsstadaskogur, et ses sentiers de promenade. Nous nous sommes garés en bord de route sur un petit parking, et y avons trouvé des dépliants des différentes randonnées à faire. Bon c’était en islandais, mais c’était vraiment génial de trouver les informations aussi facilement en bord de route.

Les routes 939 et circulaire n°1

Dans l’Est, et plus précisément entre Djupivogur et Egilsstadir, la capitale des fjords de l’Est, la route circulaire n°1 prend des allures de route secondaire, tour à tour couverte de graviers, traversée par des moutons, nous avons été tenté de couper la route par la 939 pour rejoindre le nord des fjords. Il faut avoir le coeur bien accroché, elle est étroite, non asphaltée, mais le paysage est juste époustouflant!

P1030477-2
Une cascade en bord de route 939
P1030480
Le chemin ici, c’est bien la route principale!

Seydisfjördur

Cette ville joyeuse et colorée fait partie de nos coups de coeur dans les Fjords de l’Est. L’ambiance légèrement new age, ses boutiques d’artisanat local (là vous trouverez des boutiques sans made in China!) et sa nature à proximité, en font une ville vraiment agréable à découvrir à pied.

Il faisait beau, des enfants jouaient et se baignaient dans le fjord, la balade s’est tout naturellement terminé près de la cascade qui surplombe la ville et offre une vue imprenable sur les alentours. Seydisfjördur c’est aussi la ville d’arrivée des ferries en provenance du Danemark. Si vous choisissez de rejoindre l’Islande de cette façon, l’arrivée en ces lieux doit être spectaculaire.

Nous avions réservé une petite maison en retrait de la ville, en bord de fjord, en direction de la réserve naturelle de Skalanes. Cette maison réhabilitée était à l’origine une ancienne école, dans le village abandonné de Eyrar. À notre arrivée, un troupeau de vaches lèchent les vitres de la maison. La fenêtre du salon donne directement sur le fjord, on a l’impression d’être seuls au monde et les ruines des maisons alentours renforcent ce sentiment d’isolement. C’est un lieu hors du commun que j’avais vraiment envie de partager avec vous.

P1030597
La vue sur le Fjord
P1030667
L’ancien ponton du village
P1030673
Petit Pois et son papa devant notre petite location
P1030674
Une des maisons abandonnées du village en ruine d’Eyrar

Borgarsfjördur Eystri

Cette petite ville en bord de fjord est pleine de charme et c’est d’ailleurs un de nos coups de coeur dans la région. Le cadre qui l’entoure est d’une beauté sauvage, les montagnes aux reflets rouges nous ont fait fondre. Certes on peut dire qu’on fait vite le tour de la ville, mais c’est charmant, à l’image de cette petite maison rouge recouverte d’herbe (Lindarbakki). À pied du centre, près du camping une petite balade mène a un gros rocher, l’Álfaborg, qui signifie rocher aux Elfes, et pour cause, c’est le palais et le lieu de résidence de la reine des Elfes d’Islande. C’est d’ailleurs ce qui a donné le nom à la ville.  L’autre nom donné aux Elfes en Islande est le peuple caché, ils sont invisible à l’oeil humain, seuls quelques personnes peuvent les apercevoir. Mon Petit Pois s’est mis a faire coucou a des gens invisibles lors de notre ascension de l’Álfaborg, peut être lui les a-t-il vu?! Que vous croyiez ou non aux Elfes, vous ne pourrez nier la magie du paysage alentour.

P1030765
La Lindarbakki
P1030800
La petite ville de Borgarsfjördur
P1030770
L’église du village
P1030777
Le rocher aux Elfes, l’Alfaborg
P1030779
Le sentier qui mène en haut de l’Alfaborg

P1030778P1030784P1030782P1030791P1030792P1030780P1030763-2

Continuer votre chemin en sortant de la ville en direction d’un petit port, Hafnarhólmi, à 10km environ. Une plate-forme d’observation permet d’observer les macareux moines au plus près, ils s’envolent même juste au dessus de vos têtes! On en a appris plus sur ces petits oiseaux dont les nids se trouvent creuser sous terre.

P1030702
Le port d’Hafnarhòlmi
P1030729
La plateforme d’observation

P1030747P1030749P1030732P1030752P1030740P1030714P1030753P1030759

Nous avons terminé cette fantastique journée à Borgarsfjördur au Musteri spa, même sous la pluie, se baigner dans un jacuzzi en bord de fjord avec vue sur les montagnes a fini de nous charmer. Petit Pois était tellement détendu qu’il a dormi toute la route retour.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Petit Pois et son papa dans le spa

Les Fjords de l’Est sont souvent un peu oubliés dans les itinéraires touristiques, le calme et la magie de ses paysages nous ont séduits, nous y serions bien restés plus longtemps, pour se perdre dans sa nature à la découverte de ses Elfes cachés ou tout simplement pour se reposer là et regarder le temps qui passe et la lumière du soleil jouer et danser sur ses fjords.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *